Share this Post


Le camarade

Lecture-vidéo : Le camarade d’Andreas Latzko

Conception et récitant : Philippe Bertin
Projection vidéo : Sylvain Trousselle (vidéaste)

Comment offrir un regard neuf sur la Grande Guerre, entre l’horizontalité muette des corps enfouis et la verticalité apaisante des arbres plantés à leur endroit ?

Sylvain Trousselle, vidéaste et Philippe Bertin, lecteur public, ont choisi de mettre en lumière une nouvelle d’Andreas Latzko, Le camarade, issu du recueil « Hommes en guerre », chef d’œuvre littéraire réédité régulièrement depuis 1917.

Il s’agit de l’unique témoignage d’un officier austro-hongrois sur le Front, dramaturge dans le Civil, et confronté dès lors à la censure de tous les pays belligérants.

Cette lecture-vidéo est une expérience sensorielle unique qui met en perspective le ressenti de l’auteur avec le langage sensible d’artistes contemporains, attachés à la musicalité de la langue et à la force de l’image.

Le Camarade est extrait d’un recueil de six nouvelles, intitulé : Hommes en guerre, éditeur Agone. 4e édition revue et augmentée – Traduit de l’allemand par Martina Wachendorff et Henri-Frédéric Blanc – Introduction de Romain Rolland – Avant-propos de Henri Barbusse – Postface de Marcel Martinet.

Parce qu’il est un témoin majeur du premier conflit mondial, à travers un chef d’œuvre littéraire, imperturbablement méconnu : Hommes en guerre.

L’auteur, hongrois d’expression allemande, est revenu vivant en 1915 et refusa de nettoyer sa mémoire de l’enfer, de la guerre, ce « sacrifice dépourvu de sens ».

Cette lecture-vidéo permet de redécouvrir une écriture totalement nouvelle et un message dont la portée universelle reste d’une vibrante actualité.

Parce que parmi les six nouvelles d’Hommes en guerre, celle-ci condense un sentiment de révolte à un point d’incandescence inégalé.
Cette nouvelle met notamment l’accent sur la monstrueuse indifférence de ceux de l’arrière aux cris des millions de suppliciés.