Je, Cheval

Texte d’Albane Gellée

Création musicale : Gaël Ascal

Ce qui frappe, d’emblée, dans l’écriture d’Albane Gellé, c’est ce mouvement perpétuel qui non seulement se transmet de livre en livre mais de plus s’accentue, s’amplifie, faisant bouger ses lignes avec une apparente légèreté.

Pas de rupture, de cassure, de reniements. Elle avance, questionne. Cela remue dans des textes qui se situent totalement du côté de la prose poétique.

Cette sensation d’être bien dans le travail en cours, elle l’a, sans nul doute, fortement éprouvée (la transmettant par heureux ricochets au lecteur) lors de l’écriture de

Je, cheval qui paraît aux Editions Jacques Brémond. On y découvre, en courtes proses, une complicité, une harmonie fugace mais indéfectible entre le (ou la) cheval et celui (ou celle) qui prend le temps de respirer à son rythme, de regarder à sa hauteur, d’écouter, de vibrer, de sentir…

Une exposition